Impression 3D et électronique, où en sommes nous ?

ALSIMA, Catalyseur Technologique / News  / Impression 3D et électronique, où en sommes nous ?

L’impression 3D dans l’electronique, une voie en developpement 

Le secteur de l’électronique est depuis longtemps concerné par la fabrication additive. De la petite entreprise au géant industriel, tous ont recours à cette technologie pour différentes applications. Prototypages & outillages figurent parmi les usages les plus communs à l’heure actuelle, toutefois de nombreux chercheurs préparent l’avenir et tentent de mettre au point l’impression 3D de pièces électroniques directement.

Où en sommes-nous dans ce secteur ?

Plutôt que d’énumérer point par point l’ensemble des différentes applications possibles, voici deux cas concrets parus dans les médias en 2019 qui incarnent les évolutions du secteur.

ALME :

Spécialisée dans la sous traitance de câblage électronique, ALME est depuis plus de 20 ans restée à la pointe de technologie dans ce secteur. Récemment l’entreprise Savoyarde a intégrée une imprimante 3D de la marque française VOLUMIC. Cette acquisition permet à ALME de fabriquer facilement et rapidement des boitiers d’encapsulage de cartes électroniques. En utilisant la technologie FFF, ALME peut utiliser un large éventail de matériaux dont les filaments ESD afin de protéger ses composants. De plus, cette technologie lui permet d’alléger au maximum le poids de ses équipements grâce aux structures internes alvéolaires.

Retrouvez la publication : ICI

DSC_4974-1024x726
WebENMold

SCHNEIDER ELECTRIC :

Le géant industriel s’est orienté vers la fabrication additive pour accélérer le développement de ses futurs produits. L’année dernière, la société a intégré une machine industrielle du fabricant français PRODWAYS. Son objectif est de pouvoir fabriquer des outillages plus rapidement et plus facilement grâce à l’impression 3D. L’Openlab de SCHNEIDER ELECTRIC s’est notamment concentré sur la réalisation de moules d’injection plastique imprimés grâce à la technologie MonvingLight® du fabricant français. L’entreprise indique avoir réussi à fabriquer ainsi plus de 25 moules et injecté des centaines pièces avec succès. Les avantages sont clairement identifiés : gain de temps important et agilité de conception.

Retrouvez la publication : ICI

Et pour demain, quelles sont les innovations ?

L’avenir est radieux pour l’impression 3D dans le secteur électronique. De nombreuses recherches sont en cours, toutes aussi variées les unes des autres. Voici un échantillon de plus remarquées sur internet.

NANO DIMENSION :

Fabricant de la célèbre Dragonfly Pro, NANO DIMENSION est une entreprise israélienne spécialisée dans la conception d’imprimantes 3D de composants électroniques. Récemment, la société a publié l’une de ses dernières prouesses techniques, l’impression 3D d’un dispositif pour l’IdO. Grâce à sa technologie unique, NANO DIMENSION a mis au point un dispositif de communication entièrement fonctionnel permettant aux produits intelligents de communiquer entre eux et avec le cloud. Il en ressort une accélération de 90% du processus de fabrication en comparaison des techniques conventionnellement utilisées dans le secteur. La porte à l’impression 3D de composants électroniques est donc d’ores et déjà ouverte.

Retrouvez la publication : ICI

Nano-Dimension-Comparison-of-a-3D-printed-transceiver-with-a-traditional-transceiver-e1556803588736-640x400
article_SFU2

UNIVERSITE SIMON FRASER & EMPA :

Imprimer des circuits électroniques vert, voilà le challenge qu’ont souhaité relever des équipes de l’Université Simon Fraser (SFU) en Colombie-Britannique et du Laboratoire de matériaux appliqués au bois des Laboratoires fédéraux suisses pour la science et la technologie des matériaux (EMPA). Les deux équipes de chercheurs auraient réussi à imprimer des circuits électroniques à partir de nanocellulose, matériau généralement issu de la pâte de bois. Cette matière offre plusieurs avantages, légèreté, solidité tout en étant naturellement abondante sur Terre. Cette technologie prometteuse pourrait grandement contribuer au recyclage des PCB. En effet, avec ce précédé les composants métalliques sur la carte pourraient être plus facilement collectés.

Retrouvez la publication : ICI

L’impression 3D et l’électronique, un fort potentiel.

Il est clair que la fabrication additive et l’électronique ont beaucoup à gagner ensemble. Le potentiel de ce rapprochement pourrait générer de belles innovations et très certainement un important marché. Peut-être même un jour réussirons nous à fabriquer un appareil électronique au complet grâce à une seule et même imprimante 3D ultra perfectionnée ? L’avenir nous le dira !

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à me partager votre vision en commentaire ou sur les réseaux.

Un projet?

N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire ou sur les réseaux sociaux !

linkedin
logo-twitter-rond
youtube
Aucun commentaire pour l’instant
Laisser un commentaire